THE MODEL OF FUNDING INVESTMENTS BY RISK CAPITAL IN SMES; ESTABLISHED FACTS, ANALYSIS AND IMPLICATIONS: SPECIFIC CASE OF CAMEROON SMES.

Emmanuel Beyina

Abstract


Summary:

Bank debt and informal funding through means of group and associations more often constitute the only sources of SME funding. But if it is already difficult for a big enterprise to have access to bank loans in order to contribute to informal funding groups with the aim of financing its activities, then the difficulty of a small enterprise is bigger because of technological and commercial risks in which it is confronted to and which increases the probability of not being able to pay its debt thus the funding constraints and increasing difficulties in reimbursing debt by SME permit credit establishments to ration their loan requests quantitatively or to have a standardized behavior to all loan requests less compatible with the needs of these enterprises. However, other alternative means of funding exist and notably funding by risk capital. The fundamental specification of risk capital companies compared to other financial intermediaries resides in their participation in the selection, follow up and control of invested projects. The objective aimed at in this article is to show that other efficient and adapted funding formulas exist that accompany the SME in their policy of funding investment projects.

 

Résumé:

   L’endettement bancaire et le financement informel par la voie des tontines  constituent souvent les seules sources de financement des PME. Or s’il est déjà difficile pour une grande entreprise  d’accéder au crédit bancaire et tontinier en vue de financer ses activités, la difficulté d’y parvenir est plus grande pour une petite entreprise  en raison surtout des risques d’ordre technologique et commercial auxquels elle est confrontée et qui augmentent sa probabilité de défaut de paiement de sa dette. Ainsi les contraintes de financement et les difficultés croissantes de remboursement de la dette par les PME permettent aux établissements de crédit soit de rationner quantitativement leurs demandes de prêts, soit d’avoir un comportement standardisé pour l’ensemble des demandes de crédit peu compatible avec les besoins de ces entreprises. Pourtant d’autres alternatives de financement existent et notamment le financement par capital risque. La spécificité fondamentale des sociétés de capital risque par rapport aux autres intermédiaires financiers réside dans leur participation dans la sélection, le suivi et le contrôle des projets investis. L’objectif visé  dans cet article est de montrer que d’autres formules de financement efficaces et adaptées existent pour accompagner les PME dans leur politique de financement de projets d’investissements.


Keywords


Funding, investments, risk capital, SMEs.

Full Text:

PDF

References


ALTMAN E. (1984), “A Further empirical investigation of the bankruptcy cost question”, Journal of finance, vol. XXXIX, n°4. p. 1067-10S9

AMAPILE T. (1997), “Motivating creativity in organization on doing what you love and living what you do”, California Management Review 40, p. 39-58.

AMABLE B. (1997), « Confiance dans le système bancaire et croissance économique » Revue économique, 48 (3), p. 397-407.

AMABLE B. J-B. CHATELAIN et K. RALF (2006), ‘ Nantissement de brevets et croissance des innovations ‘, Revue d’économie politique, 117 (4), p. 523-540.

ANG J. S. (1992), “On the theory of finance for privately held firms”, The Journal ofSmall Business Finance, vol. I, n° 1, p. l-13.

BACH L. et G. LAMBERT (2000), « Une étude transversale des facteurs d’innovation forces et faiblesses respectives des PME et des grandes entreprises» séminaire organisation innovation et international sur le thème PME face à l’innovation et à la gestion des connaissances, rôle des grandes entreprises », Compiègne, janvier.

BALDWIN J. W., C. CHANDLER et T. PAPAILIADIS (1994). Stratégies de réussite profil des petites et moyennes entreprises en croissance (PMEC) au Canada, Statistique Canada, n° 61-523R F, hors-série.

BEKOLO C. (2003), Réseaux relationnels et relais entrepreneuriaux dans le processus decréation d’entreprises, les journées scientifiques du réseau entrepreneuriat de l’Agence universitaire de la Francophonie, Université de Rouen.

Bessière, V. & Stephany, E. (2014). Le financement par crowdfunding: Quelles spécificités pour l'évaluation des entreprises ?. Revue française de gestion, 242,(5), 149-161.

Betbèze, J. (2014). Financer les PME en France : encore un « papier » !. Revue d'économie financière, 114,(2), 31-38.

BEYINA E. (2009), Le financement par capital risque dans les PME innovantes : Le cas spécifique des PME innovantes camerounaises, revue innovations, n°29, 2009, p.169-184.

BEYINA E. (2007), Financements et rentabilité des PME innovantes camerounaises », Thèse de Doctorat ès sciences de gestion, ULP, Strasbourg 1.

BEYINA E. (2003), Financements et rentabilité des PME, Mémoire de DEA, Université. Louis Pasteur Strasbourg.

CHARREAUX G. (2001), Image de l’investissement, Ouvrage collectif, edition Vuibert, FNEGE, 413p.

CONSTAND R., J. OSTERYOUNG et D. NAST (1990), “Asset-based financing and the determinants of capital structure in the small firm”, in R. Yadzipour (cd.), Advances in small business finance, Kluwer, Boston.

CHABBAL R. (1994), Un plan d’action pour les PME innovantes, rapport de l’OCDE, Paris. CHARREAUX G. (1987), La théorie positive de l’agence une synthèse de la littérature, dans de nouvelles théories pour gérer l’entreprise, Economica, Paris.

Château Terrisse, P. (2012). Le dispositif de gestion des organisations hybrides, régulateur de logiques institutionnelles hétérogènes ? Le cas du capital-risque solidaire. Management & Avenir, 54,(4), 145-167.

COLLONGUES Y. (1977), “Ratios financières et prévision des faillites des PME”, Revue banque.

Dietsch, M. & Mahieux, X. (2014). Comprendre le déficit de financement des PME pour stimuler leur croissance. Revue d'économie financière, 114,(2), 17-30. doi:10.3917/ecofi.114.0017.

DOSI G. (1990), “Finance, innovation and industrial change”, Journal of Economic Behaviour andOrganization, n° 13, P. 299-3 19.

Dufourcq, N. (2014). Le financement des PME : un enjeu de compétitivité. Revue d'économie financière, 114,(2), 39-54.

ETOUNDI C. (2003), Analyse de l’impact d’un financement par capital risque sur la contrôlabilité de la PME: cas de Cenainvest SA et 18 PME camerounaises ‘, 8es journées scientifiques du réseau entreprenariat de l’agence Universitaire de la Francophonie, Université de Rouen.

FREEMAN C. and C. PEREZ (1988), “Structural crises of adjustment, business cycles and investment behaviour”, in G. Dosi et al (dir), Technical Change and Economic Theory, Pinter Publishers, London, p. 3866.

GAGNON J. M. et B. M. PAPILLON (1984), Risque financier, taux de rendement des entreprises Canadienne et intervention de l’Etat, Conseil économique du Canada, Ottawa.

GIRIN J. (1989), L’opportunisme méthodologique dans les recherches sur la gestion des organisations, communication i la journée d’étude, la recherche-action en action et en question, AFCET, colloque systémique, Ecole centrale de Paris, 10 mars.

GILSON S. C. (1997), “Transactions costs and capital structure choice Evidence from financially distress firms”, Journal of Finance.

GOMPERS R A. et J. LERNER j. (200!), “The venture capital revolution”, Journal of Economic Perspectives, vol. 1.5, n° 2, p. 145-168.

GUILHON B. et S. MONTCHAUD (2003), Le capital-risque et les jeunes entreprises innovantes: problématique et enjeux ‘, Revue internationale PME, vol. 16, n° 3-4.

HERAUDJ. A., F. MUNIER, et F. RONDE (2007), «La densité scientifique et technologique des régions, facteur de la capacité d’innovation des firmes », p. 133-149, in Rallet et Torre (eds), Quelles proximités pour innover

HOLMES S. et P. KENT (1990), “An empirical analysis of the financial structure of smalland large australian manufacturing enterprises”, 5thNational Small Business Research Conference, Toowoomba, Queensland.

HUSSLER C. (2004), Espaces, externalités de connaissances et innovation éclairages théoriques et empiriques, Thèse de doctorat, ULP.

JENSEN M. C. (1986), “Agency costs of free cash flow, corporate finance, and market of takeovers”, American Economic Review.

JULIEN R A. (1994), Les PME, Bilan et perspectives, Economica, GREPME (groupe de recherche en économie et gestion des PME), Paris.

KAMDEM E. (2001), Enracinement socioculturel et innovation managériale en AFRIQUE, Revue camerounaise de management.

KAREN HOPPER W. (1990), “Financial distress, reorganization, and organizational efficiency”, Journal of Financial Economics, vol. 27, n° 2, p. 419-444.

LACHMANN J. (1992), Le seed capital: une nouvelle forme de capital risque, Economica, Paris.

LENFLE S. et C. MIDLER C. (2002), Stratégies (l’innovation et organisation de la conception dans les entreprises amont «, Revue française de gestion, 140 (28), p. 89-105.

LEVRATTO N. (1990), Le financement des PME par les banques : contraintes et limites de la coopération’, Revue Internationale PME, vol. 3, n°2, p. 193-213.

MATRAY L. (1992), ‘’Les PME manquent de fonds propres», Revue Française de gestion, 95p. 70-76.

MAUNOURY J.-L. (1980), Encyclopédie Universalis «, vol. 8, Paris.

MYERS S. C. (1977), ‘Determinants of corporate Borrowing”, Journal of Financial Economic, vol. 5, p. 147-175.

MODIGLIANI E et M. MILLER (1963), “Corporate Income taxes and the cost of capital:a correction”, American Economic Review, 53 (3), p. 433-443.

MODIGLIANI F. et M. MILLER (1958), “The Cost of capital, Corporation finance and the theory of investment”, American Economic Review, 48, p. 26 1-297.

NKAKLEU R. (2001), «Pour une approche contingente des PME au Cameroun », Thèse de Doctorat ès Sciences de Gestion de l’Université Louis Pasteur-Strasbourg 1.

NDONG NTAH M. (2004), « Informatisation et performance dans la PME au Cameroun », Revue Internationale PME, vol. 17, n° 2.

PAIRAULT T. (1993), Banques et PME et financement tontinier, in Ponson B. et Schaan J. L., L’esprit d’entreprise : aspects managériaux dans Le monde francophone, John Libbey Eurotext, Ottawa p. 427-446.

OSEO (2006), « PME et innovation technologique. Pour une relation plus naturelle «, Regards sur les PME, Paris.

PACITTO J. C. et P. A. JULIEN (2006), Le marketing est-il soluble dans la très petite entreprise? , Revue internationale PME, vol. 19, n°3-4.

PARANQUE B. et S. CIEPLY S (1997) « Comportement d’endettement et risques : Apports et limites d’une approche en termes de taille ‘, Bulletin Banque de France, n° 37 janvier, Paris.

PIGE B. (1997), Le marché boursier réagit-il à l’annonce des changements de dirigeants ? » Revue Finance, vo1. 18, n°2, p. 51-66.

SCHLINK G. (2006), « Les déterminants du partage des idées créatives comme enjeux de l’innovation, une application à la relation entre la nouvelle entreprise Innovante et son financeur «Thèse de doctorat ès sciences économiques, Université Louis Pasteur. SCHNEIDER M. (1999), Analyse contingente du processus d’innovation «, Thèse de doctorat, ULP, Strasbourg.

SURET J. M. et L. ARNOUX (1995), « Capitalisation (les entreprises Québécoises : évolution et état de la situation, Revue internationale PME, 1995, vol. 8, n° 3-4, p. 165-l 79.

ROSS S. (1977), “The Determination of financial structure: the incentive signaling approach”, Bell Journal ofEconomics.

TAMARI M. (1980), ‘The financial structure of the small firm: an international comparison of corporate accounts in the USA, France, U.K., Israel and japan”, American Journal of Small Business, vol. 4, n° 4, p. 20-34.

TITMAN S. et T. OPLER (1994), “Financial Distress and Corporate Performance”, Journal of Finance, vol. 49, n°3, p. 1015-1040.

SILEM A. (éd.) (1994), Encyclopédie de L’économie et de gestion, Hachette Education, Paris. STEPHANY E. (2001), « L’évolution des pratiques du capital-risque en France °, Revue française de gestion, septembre-octobre, p. 62-75.

STIGLITZ J. et A. WEISS A. (1987), “Credit rationing in markets with imperfect information”, The American Economic Review, June, p. 393-409.

STIGLITZ J. et T. HELLMANN (1998), “Credit and equity Rationing in markets with adverse selection”, European Economic Review, August, p. 281-304.

WILLIAMSON S. (1986), “Costly monitoring, financial intermediation, and equilibrium credit rationing”, journal of Monetary Economic, 18 (2), p. 159-179. WTTERWULGHE R. (1998), La PME, une entreprise humaine, De Boeck Université, Paris- Bruxelles.

ZIANE Y. (2001), ‘ La structure d’endettement des PME Françaises une étude sur données de panels e, mémoire de LEA, 2001, Université Paris X Nanterre.


Refbacks

  • There are currently no refbacks.